The End of the Millennium

Sega Mega Drive - Genesis

Phantasy Star IV: La fin du millénaire est un jeu développé et distribué par Sega pour Megadrive qui a été mis en vente au Japon le 17 décembre 1993, bien que les versions des États-Unis et de l'Europe soient repoussées jusqu'en février de 1995 et du 8 décembre 1995, respectivement. C'est un RPG exceptionnel, le dernier chapitre de la saga Phantasy Star pour le Sega 16 bits.

Comme dans les autres chapitres de la série, il s'agit d'un jeu de rôle qui peut être considéré comme un rôle authentique dans le sens le plus strict du mot. Nous avons donc un jeu assez compliqué, dans lequel nous devons monter de niveau rapidement si nous ne voulons pas dans certaines zones plus avancées du titre pour finir avec nous au premier changement. Pour le reste, le développement est similaire aux autres jeux du genre. Au début du jeu, nous avons deux personnages, et tout au long de l'histoire fera partie de notre groupe d'autres qui recrutent. Dans les villes et les villages, nous trouverons des magasins, des hôpitaux et d'autres endroits où nous pourrons acheter des armes, guérir nos blessures ou guérir les personnages qui ont été empoisonnés d'une manière ou d'une autre. Nous pouvons aussi parler aux citoyens, avec la possibilité de recueillir des informations. Parfois, nous devons contacter de force quelqu'un pour continuer. Le décor de l'histoire est à mi-chemin entre le pur fantasme et la science-fiction, et les combats se déroulent à tour de rôle, dans lesquels on peut choisir le type d'attaque que l'on veut faire, qu'il s'agisse d'une attaque type de magie.

La partie technique est plutôt simple, mais elle n'est ni plus ni moins que la bonne pour le jeu. Les graphismes sont détaillés et clairs, et les scénarios sont variés et en général ils sont plutôt bien faits, bien qu'en général ils donnent un sentiment trop statique, de peu de mobilité. Les mélodies sont épiques et évoluent en fonction de la situation, mais ni la musique ni les effets sonores n'ont trop d'importance.

Le gameplay est très bon. Malgré sa complexité, vous apprenez à manipuler rapidement grâce au simple contrôle des menus, et il n'y a aucun problème de contrôle. De plus, c'est un jeu très long et assez difficile, en même temps très addictif.

Phantasy Star IV se déroule 1000 ans après les événements de Phantasy Star II. C'est l'histoire de Chaz Ashley, un jeune chasseur qui, avec ses amis et alliés, devient par inadvertance le Sauveur du système solaire d'Algol. L'histoire commence sur la planète Motavia, qui a traversé des changements climatiques dramatiques depuis la fin de Phantasy Star II. Après un événement appelé le Grand Effondrement, une grande partie de l'écosystème florissant avait été réduite à un désert, et la vie était devenue progressivement plus difficile pour les habitants des planètes. Pour aggraver les choses, il y avait eu une augmentation marquée du nombre de biomonstruos, un terme pour les aberrations étranges et violentes de la faune et la flore de Motavia.

Garder ces créatures sous contrôle est le travail des chasseurs, et est lors d'une enquête sur une épidémie, les protagonistes découvrent la relation entre le problème des biomonstruos et la crise écologique des planètes. Et tout indique l'émergence d'un nouveau danger, le leader d'un culte, Zio, le magicien noir.

Nous devons résoudre tout le problème dans un monde entier. Pour nous aider dans la mission, nous aurons nos armes, les sorts que nous apprendrons en montant et les différents objets de soins que nous achèterons ou trouverons dans différents coffres. Nous avons également un menu complet dans lequel nous pouvons, entre autres choses, consulter les attributs de nos personnages ou les faire dialoguer entre eux. Nous pouvons également reprendre de la force dans les auberges, ainsi que choisir l'ordre d'attaque dans les combats. Un autre détail curieux sont les images qui apparaissent dans certaines conversations, avec des dessins dans le plus pur style manga japonais.

Bref, un titre d'aventure sensationnel, avec une histoire très travaillée et vraiment addictif. Chef-d'œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *