Story of Thor 2

Sega Saturn
Story of Thor 2, connu au Japon comme Thor: Seireioukiden et aux États-Unis comme The Legend of Oasis est un jeu développé par Ancient et publié et distribué par Sega pour Sega Saturn en 1996, atteignant le marché européen dans la même année. C’est la suite du grand Story of Thor pour Mega Drive, donc nous avons un très bon titre qui combine très bien la mécanique d’un beat’em up avec une aventure de type Legend. Zelda

 

 

La mécanique du jeu est exactement la même que dans sa première partie. Cela signifie que nous devrons visiter des lieux dans une perspective zénithale pendant que nous nous battons avec les différents ennemis que nous trouvons dans le style beat’em up le plus pur, puisque le héros est capable d’effectuer un bon nombre de mouvements, d’attaques et de combinaisons de coups. Il n’y aura pas de villes à visiter où nous pourrons parler aux habitants ou aux points où ils nous diront où aller (à quel point il sera marqué sur la carte). Pour aller d’un endroit à un autre, nous devrons traverser des zones extérieures où il y aura aussi des ennemis, et les donjons seront là où un boss nous attendra. Comme la première partie, dans ce protosecuela (parce que l’action se déroule beaucoup plus tôt que dans la première partie), nous pouvons invoquer des esprits élémentaires ayant des capacités différentes, et en plus de trois des quatre qui apparaissaient dans la première partie ( à cette occasion Bow n’est pas présent, l’esprit des plantes) trois nouveaux esprits sont incorporés, laissant 6 au total. Les nouveaux sont Bawu comme esprit de la terre, Brass comme esprit du son et Airl comme esprit de l’air

La section technique est très bonne. Graphiquement maintient le style déjà vu dans Story of Thor, bien qu’avec des améliorations évidentes. Le sprite du nouveau protagoniste est très bien fait, est d’une taille généreuse (encore plus grande qu’Ali de la première partie) et possède de très bonnes animations pour le grand nombre de mouvements qu’il a. De plus, il y a une bonne variété d’ennemis très bien faits et il y a aussi des boss impressionnants, bien qu’aucun d’entre eux ne me plaise autant que le dragon de la première partie. La musique sonne bien, est très bien composée et s’adapte très bien à chacun des lieux que nous avons visités, accompagnée de nombreux effets sonores et de bonne qualité, notamment environnementale.

Passons au thème de jouabilité, il faut dire que celui qui a déjà eu Story of Thor est aussi pleinement respecté, donc le contrôle sur le protagoniste est très simple et ses mouvements et capacités sont très faciles à exécuter, bien qu’il soit capable d’effectuer beaucoup, et à tout cela nous devons ajouter une très bonne réponse aux ordres transmis par le pad. Le jeu a une extension intéressante (il est plus long que l’original) et a une difficulté bien ajustée, sans être trop compliquée, même si à un moment nous pouvons rester coincé.

Bien des années avant les événements de Story of Thor, le Le guerrier Ordan donne à son jeune élève Léon le bracelet en or avec lequel il peut devenir le roi des esprits de l’Oasis. Cela ne peut être réalisé qu’en obtenant la loyauté des six esprits élémentaires de la terre, qui sont appelés Dytto (l’esprit de l’eau), Efreet (l’esprit du feu), Bawu (l’esprit de la terre), Laiton (le esprit du son), Shade (l’esprit des ténèbres) et Airl (l’esprit de l’air). La némésis de Léon est le sorcier maléfique Agito qui a le bracelet en argent et menace de détruire la terre.

Et il devra le vaincre dans un monde entier. En plus de nos capacités innées, nous avons des articles d’aide qui nous aideront dans notre mission. Parmi eux se détachent en premier lieu les éléments qui nous restituent la barre de la vie et celle de la magie, celle-ci étant nécessaire pour invoquer les esprits, et nous devons garder à l’esprit qu’elle sera vidée aussi longtemps que nous aurons un esprit actif. D’autres objets d’intérêt sont les différentes armes, et nous devons également garder à l’esprit que, sauf pour l’arme principale que nous avons au début de la partie, le reste des armes sont d’une utilité limitée. Nous devons également dire que les objets que nous pouvons utiliser ne peuvent pas être achetés, car il n’y a pas de magasins. Il faut les trouver.

Bref, une magnifique suite de Story of Thor pour Sega Saturn qui, bien qu’elle n’ait pas eu le même impact que son prédécesseur, est tout aussi divertissante et très jouable. Fortement recommandé .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *