Shinobi

Sega Master System

Shinobi est un jeu développé, publié et distribué par Sega pour les loisirs en 1987, puis porté vers d’autres systèmes de jeu tels que PC Engine, Master System, Game Gear, NES, Amiga, Atari ST, Commodore 64, Amstrad CPC ou ZX. Spectre. La version Master System a été mise en vente au Japon en juin 1988, avant d’être lancée en Europe et aux États-Unis. C’est un jeu de plates-formes et d’action et, outre une conversion correcte, un classique non seulement du Master System, mais aussi du monde du jeu vidéo.

L’objectif du jeu est d’atteindre la fin de chaque un des niveaux d’une pièce. Pour cela nous pouvons sauver un certain nombre d’otages dans chaque niveau avant de passer au suivant, pendant que nous finissons avec les ennemis qui sortent à notre rencontre. Bien que la question des otages reste, cette fois n’est pas une exigence essentielle pour surmonter un niveau comme c’est dans le récréatif, bien que ce soit conseillé car il fournit de l’aide. La perte de vie disparaît aussi pour un impact simple, et on nous donne une barre de vie. Chaque phase qui compose le jeu est divisée en trois ou quatre niveaux, le dernier étant la confrontation avec le boss final de la phase. Pour atteindre tous les objectifs, nous avons quatre compétences de base, qui sont l’attaque, le saut, le saut en hauteur et la magie. L’attaque aura lieu de deux façons. Pour les ennemis éloignés, le protagoniste utilisera des shurikens, mais quand ceux-ci seront à ses côtés, il les enverra avec un katana. Le saut en hauteur est obtenu en appuyant sur et sauter en même temps, et avec cela, nous obtenons le personnage pour atteindre les étages supérieurs de la scène. En ce qui concerne la magie, nous en avons un par niveau, et ce qu’il fera, c’est de finir tous les ennemis à l’écran et de réduire le niveau de vie d’un boss final dans le cas où nous sommes face à un.

 

, bien que ce soit un vieux jeu, ce n’est pas mal. Les graphismes sont bien faits et, pour un Master System en général, sont assez similaires à ceux du loisir, bien qu’il manque quelques détails des scénarios et l’apparition momentanée du boss final de la phase dans chaque niveau et sa fuite, en plus de quelques effets spéciaux. Pourtant, le sprite du protagoniste est correct, a une bonne animation, comme les ennemis, bien que le rythme soit un peu plus lent. Les scénarios sont variés et détaillés, avec un bon usage de la couleur. Les mélodies changent à chaque niveau et sonnent plutôt bien pour une console 8 bits. Les effets sonores ne ressortent pas autant que la musique, mais ils sont aussi corrects et accompagnent parfaitement l’action.

 

En ce qui concerne le gameplay, souligne à quel point la gestion du ninja est simple, ainsi que la facilité d’exécution de chaque de leurs capacités, avec une très bonne réponse aux ordres transmis à travers le pad. C’est, en plus, un jeu avec une durée correcte, une difficulté serrée et progressive et très divertissante.

 

Nous assumons le rôle de Joe Musashi, un ninja qui reçoit la mission de sauver les enfants des leaders mondiaux capturés par le « Ring » des Cinq, « un groupe terroriste centré sur la domination du monde.

 

Vous devrez l’accomplir en 5 phases variées et contenir entre trois et quatre niveaux différents. Pour nous aider, nous avons nos compétences et les power-ups que les otages nous donnent quand ils sont secourus. Parmi ce qui nous est accordé quand nous les sauvons, il y a des améliorations à l’armement, des restaurations complètes de la vie, des vies supplémentaires, des points ou l’accès aux étapes bonus. Ceux-ci consistent à lancer des shurikens sur les ninjas qui apparaissent, et l’apparition de ces phases est très similaire à celles vues dans le récréatif original.

 

En résumé, une très bonne conversion du loisir qui, malgré quelques différences significatives avec elle, est un jeu aussi amusant et divertissant que l’original. Un classique Chef-d’œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *