Dragon Ball Z: Super Butoden

Super Nintendo
Dragon Ball Z: Super Butoden est un jeu développé par TOSE et publié et distribué par Bandai pour Super Nintendo en 1993, atteignant le marché européen en novembre de la même année, sans être parti en Amérique. Ceci est le premier volet de la saga Butoden, et en tant que tel, nous trouvons un jeu de combat divertissant basé sur l’univers Dragon Ball.

Le style de jeu est similaire au reste de la série, et bien sûr l’écran divisé typique de la saga est mis en œuvre et qui comprend également le Buyu Retsuden de Mega Drive. Nous avons un bon nombre de lutteurs qui vont de la saga de Frieza à Cell, chacun avec son style de combat particulier et ses propres coups spéciaux, qui incluent les grandes attaques énergétiques comme le kamehameah ou le piccoro makankosappo . Il faut aussi noter que c’est le chapitre de la série qui a plus de caractères, à l’exception du brillant Shin Butoden pour Saturne, car à part les 8 caractères que nous pouvons choisir, au fur et à mesure de son déblocage, d’autres Gohan, Trunks et Perfect Cell, et en plus il y a une astuce qui vous permet de les gérer depuis le début dans le mode tournoi et dans le mode versus. Contrairement au reste des livraisons, nous ne pouvons pas faire de super-attaques de n’importe où, mais nous devrons être à une certaine distance de l’adversaire. D’autres choses qui ne sont pas encore mises en œuvre sont la recharge d’énergie ou le choc spectaculaire des élingues d’énergie. Pour remplir la barre d’énergie, nous devons voler et baisser, bien que la recharge soit plus lente. Et bien qu’il n’y ait pas de choc des rayons d’énergie, il existe d’autres moyens d’éviter ces attaques, y compris des attaques exclusives comme esquiver l’attaque en secouant la tête ou en l’arrêtant avec la main et en la renvoyant. En outre, certains des personnages ont leurs propres façons de faire les esquives, comme dr. Gero qui peut absorber l’énergie.

 

La section technique est assez bonne. Les graphiques n’atteignent pas le niveau du reste des livraisons de la série, mais pour être la première partie ils ne sont pas mal du tout. Les personnages sont parfaitement reconnaissables, ont une taille adéquate et leurs mouvements sont fluides. Les scénarios sont variés, détaillés et avec une bonne utilisation de la couleur, résultant en des fonds très appropriés. Les mélodies sont également très appropriées, vairadas et avec une bonne qualité audio, alors que les effets sonores sont assez bons et, bien qu’il n’y ait pas autant de voix que dans les versions ultérieures, elles sonnent très bien.

 

reste de jeux dans la série, donc nous avons un bon nombre de caractères très faciles à manipuler, avec des actions faciles à effectuer et avec une très bonne réponse aux commandes transmises par le pad, bien que certaines attaques nécessitent de s’exécuter correctement . Outre le nombre décent de combattants, le jeu a une difficulté ajustée et plusieurs niveaux et plusieurs modes, parmi lesquels ressortent le mode histoire et le tournoi.

 

Le nombre total de personnages, y compris les déblocages, est de 13. Ce sont Goku, Vegeta, dr. Gero, A-16, A-18, Freezer, Cellule, Piccolo, Gohan, Trunks, Super Guerrier Goku, Super guerrier Végéta et Pefect Cell, bien qu’en principe on ne puisse choisir qu’en mode versus et en mode tournoi (ce qui permet jusqu’à 4 joueurs) aux huit premiers. Dans le mode histoire (qui commence avec le combat de Goku contre Piccolo dans le Tournoi des Arts Martiaux) nous pouvons choisir d’abord entre un nombre limité de personnages qui s’agrandit, étant l’ennemi final Perfect Cell, mais pour voir la vraie fin vous devez utiliser les combattants dans un certain ordre. En guise d’indice, pour dire que dans le combat final vous devez utiliser Gohan.

 

Bref, un très bon début pour la saga Butoden pour Super Nintendo dans un jeu qui, malgré moins de qualité que les livraisons ultérieures, est encore un jeu combat très divertissant. Je dirais que c’est le troisième que j’aime le plus dans le Butoden, et si nous incluons le Buyu Retsuden, ce serait le quatrième. Recommandable.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *