Darkman

Nintendo Game Boy
Darkman est un jeu développé, publié et distribué par Ocean pour ZX Spectrum, NES, Amstrad CPC et Commodore 64 en 1991, et plus tard porté sur Game Boy et Atari ST. La version Game Boy a été lancée aux Etats-Unis en décembre 1992 sous la forme d'une cartouche contenant un jeu très différent (et également supérieur) de la version NES, cette fois-ci un beat'em up attrayant basé sur le film de Sam Raimi du même titre.

De cette façon, la gestion du protagoniste du film nous devons passer par les ensembles variés, dont beaucoup sont extraits directement du film. Sur notre chemin, nous rencontrerons des ennemis de toutes sortes que nous devons vaincre à coups de coups, et bien sûr à la fin de chaque phase, nous rencontrerons un patron, bien qu'il y ait aussi des chefs adjoints qui essaieront de nous liquider par tous les moyens. Pour cela, nous pouvons frapper en utilisant les deux boutons de l'ordinateur portable. Avec A nous punirons chaque fois que nous regarderons vers la gauche, et avec B nous frapperons aussi, mais en cas de regarder vers la droite. Sinon, le personnage va rebondir et se retourner. Comme dans beaucoup de beat'em up, le jeu a le temps d'atteindre certains points de contrôle, et si nous nous épuisons avant d'arriver nous perdrons une vie, même si cette fois le personnage n'aura pas une animation de mort, seul le nombre de vies.

La section technique n'est pas mauvaise. Les lutins du protagoniste et les différents ennemis ont une taille considérable, sont bien conçus et ont des animations assez décentes. Mettre en évidence aussi le grand nombre d'ennemis différents que nous trouverons dans l'aventure. D'autre part, les décors sont variés, détaillés, et malgré l'absence de couleur, sont très bien acclimatés, allant des rues de la ville aux usines. La bande-son a des mélodies variées, bien composées et avec une bonne qualité audio, mais elles n'ont rien de spécial non plus, alors que les effets sonores accompagnent l'action correctement sans avoir un protagonisme excessif.

Le système de contrôle bas quelques-uns entiers la jouabilité de la cartouche. Et je n'ai jamais aimé avoir à appuyer sur un bouton différent pour frapper un côté ou l'autre, ou avoir à appuyer sur les deux boutons en même temps pour sauter. Même ainsi, une fois habitués nous trouverons un contrôle simple et avec des mouvements très faciles à faire, auxquels s'ajoute une réponse correcte au pad. D'autre part, il a un nombre de phases réussies et une difficulté qui atteint des sommets, en particulier dans les confrontations contre les patrons finaux.

L'intrigue du jeu est basée sur celle du film, dans lequel Payton Westlake est un brillant Scientifique qui a réussi à créer une peau synthétique qui a l'inconvénient de se défaire à 90 minutes. Cependant, une bande de criminels font exploser leur laboratoire dans lequel ils cherchent un document. Bien que tout le monde le considère comme mort, il réussit en réalité à survivre, avec des brûlures horribles sur la majeure partie de son corps et avec une augmentation de ses forces grâce à un traitement expérimental qu'il reçoit à l'hôpital consistant à lui couper les nerfs pour qu'il ne ressentir de la douleur, mais en retour cela fait couler l'adrénaline sans repos. Quand il finit par fuir l'hôpital, Payton décide d'utiliser son invention, ce qui lui permet de simuler le visage de celui qu'il veut, pour se venger du groupe. Ce qui devra se faire en plusieurs phases qui partagent toutes ce style de beat'em up. Comme aide, de temps en temps il peut porter les armes que ses ennemis portent, et chacun un certain nombre de points que nous recevons une vie supplémentaire.

En bref, un beat droit pour Game Boy que, bien qu'il ne soit pas étonnant (Comme s'ils sont sans aucun doute Double Dragon I et II pour la même console), essayez de vous divertir, même si parfois je fais un peu répétitif. Recommandé .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *