ToeJam & Earl in Panic on Funkotron

Sega Mega Drive - Genesis

ToeJam & Earl dans Panic on Funkotron, également connu sous le nom de ToeJam & Earl 2, est un jeu développé par Johnson Voorsanger Productions (aujourd'hui Toejam & Earl Productions) et publié et distribué par Sega pour Mega Drive en 1993. C'est un suite directe du jeu culte ToeJam & Earl mais avec un changement radical dans son style, puisque au lieu de présenter un jeu de haut en bas nous avons de grandes plateformes latérales avec beaucoup de sens de l'humour.

Dans le jeu nous contrôlons les mêmes funk extraterrestres de la première partie, mais avec une mission très différente. Comme je l'ai déjà indiqué, la perspective aérienne est abandonnée pour entrer dans des plateformes latérales dans lesquelles Toejam et Earl peuvent sauter d'une plate-forme à l'autre et faire beaucoup d'autres types d'actions. Cette fois aussi le jeu est divisé en phases dans lesquelles nous devons localiser et piéger un certain nombre de Terriens et les emmener à la fusée qui nous attend à la fin de chaque niveau. Pour cela nous avons une attaque avec laquelle nous jetons des jarres pour les attraper, et selon la force de la terre nous devrons jeter plus ou moins de flacons. Quand il est déjà piégé à l'intérieur de la bouteille, il ne reste plus qu'à le ramasser, mais si nous perdons trop de temps, il sera possible de s'échapper. Nous pouvons trouver une bonne variété de Terriens qui causent différents degrés de dégâts ou une plus grande résistance à nos attaques, étant les filles qui nous frappent aux genoux sans doute les plus faciles à capturer. D'autres terrasses plus dangereuses comprennent les photographes qui vont nous aveugler avec leurs caméras (pour l'éviter, vous devez couvrir vos yeux), les travailleurs de la construction ou les vaches fantômes redoutables qui nous posséderont. Pour les localiser, vous devez suivre la flèche que nous pouvons voir dans la partie inférieure de l'écran. Lorsque cette flèche se transforme en un gros point rouge, cela signifie que très près de nous, il y a un harcèlement de la Terre Terran. Une fois que nous localisons tous les humains, la flèche devient verte, indiquant où se trouve la fusée et accéder au niveau suivant. En plus de tout cela, chaque niveau contient beaucoup de secrets et de mini-jeux (comme le saut en hauteur ou la danse), dont certains nous aideront ou même modifieront la fin de la partie. D'autres compétences de ces gentils aliens sont les pouvoirs qu'ils ont d'utiliser le pouvoir du funk, étant particulièrement nécessaire et même obligatoire l'utilisation du "scan funk", qui en plus de nous aider à localiser les terrasses cachées nous aide également à franchir quelques murs. Compte tenu de la longueur du jeu, un mot de passe est attribué à chaque phase.

La section technique a connu une amélioration significative, notamment sur le plan graphique. Et c'est que tout va bien dans cette nouvelle aventure de Toejam et Earl. A commencer par le design des personnages, notamment celui d'Earl (qui parfois, surtout quand rien, me fait penser à Patrick Spongebob), doué d'une très bonne taille et d'animations incroyables et très marrantes. Les ennemis en forme de terráqueos, en plus d'autres amis extraterrestres ont tous quelques très bons desseins et, spécialement les terráqueos, doués d'un grand sens parodique. Peut-être que les scénarios sont quelque peu répétitifs, mais ils sont très colorés et détaillés et ils sont tous très bien. Mais c'est dans la musique où le jeu prend le meilleur parti. Le jeu a un total de 11 chansons, toutes incluses dans les genres de rap et de funk, et tout sonne bien (j'aime ces batteries) et sont très bien composées, formant peut-être l'une de mes bandes-son favorites de Mega Drive . Les effets sonores sont également géniaux. Des sauts, des voix des terriens ou des voix aux sons les plus inimaginables et originaux.

Le gameplay n'a pas été négligé. Bien qu'à un niveau jouable cela n'a rien à voir avec son prédécesseur, l'esprit fou et absurde est toujours présent, et le contrôle du jeu, ainsi que sa mécanique, restent originaux et simples à parts égales, avec des mouvements très faciles à réaliser et une excellente réponse aux commandes du pad. C'est aussi un très long jeu avec une difficulté bien ajustée, avec des moments compliqués.

Après s'être échappés de la planète Terre dans laquelle ils s'étaient écrasés dans la première partie, Toejam et Earl reviennent triomphalement à leur maison, la planète Funkotron, où ils vivent sans se soucier de sauter, de danser funk et de rapper. Mais une menace plane sur la planète. Sans savoir comment, des créatures apparaissent qui commencent à provoquer le chaos dans Funkotron. Des sujets qui lançaient des balles de baseball, de petits êtres qui leur donnaient des coups de pied dans les tibias, des femmes en costume qui détruisaient leurs oreilles instruites avec des cris aberrants qu'ils appelaient l'opéra, de grosses dames avec des animaux connus comme des caniches qui les mordaient sans pitié le sol, et d'autres graciosillos qui les éblouirent jusqu'à l'aveuglement avec des armes puissantes appelées caméras.

Cependant, la mauvaise nouvelle pour Toejam et Earl arrive quand la véritable origine de ces créatures terribles est découverte. Selon les médias, ils les ont amenés lorsqu'ils ont visité la planète Terre, ce qui les rend responsables d'une telle catastrophe. Ni courts ni paresseux (enfin, paresseux), ils décident de prendre les choses en main et de capturer tous les Terriens et de les renvoyer sur leur planète natale et, en passant, de sauver le funk. Et ils devront le faire en un total de 15 phases assez longues.

En résumé, c'est un grand jeu, un chef-d'œuvre jouable, graphique et surtout musical. Pour moi beaucoup mieux que la première partie. Chef-d'œuvre .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *