Castlevania: Bloodlines

Sega Mega Drive - Genesis

Castlevania: Bloodlines est un jeu vidéo que Konami a développé pour Megadrive en 1994. Avec le nom de Castlevania: The New Generation en Europe, c'est le seul titre de la saga Castlevania apparu sur la console Sega, étant exclus de cette machine

Bien que le système de jeu est le même que dans les titres précédents, a la nouveauté que dans cette tranche le protagoniste n'est pas Simon Belmont comme dans les épisodes précédents, mais ses neveux, qui sont John Morris (fils de Quincy Morris, l'un des personnages du roman Dracula, par Bram Stocker) et Eric Lecarde. Ainsi, nous aurons deux caractères à choisir, chacun avec ses avantages et ses inconvénients. C'est un très bon jeu qui n'a rien à envier au Super Castlevania IV, Super Nintendo. Peut-être la taille des protagonistes.

Sur le plan technique, c'est très bien fait. Les graphismes sont magnifiques, bien que les personnages soient peut-être trop petits. Mais ils ne sont pas mauvais non plus, et certains sets sont spectaculaires. Quant à la musique, les mélodies sont très réussies, elles ont la bonne note de ténébrisme et le rythme parfait pour accompagner l'action. Dans les effets contraste le spectaculaire de certains effets avec la simplicité des autres.

Les personnages sont également faciles à manipuler, et le jeu assez divertissant pour que vous puissiez profiter de sa grande difficulté. En plus c'est un jeu assez long, comme toute la saga.

L'argument remonte à 1897, quand un descendant du Belmont, Quincy Morris, se termine pour toujours avec Dracula. Au début de la Première Guerre mondiale, en 1914, le prince héritier d'Autriche est assassiné, et il est dit qu'une femme étrange était impliquée. Cette femme est Bartley Elizabeth, la nièce de Dracula, qui, pour ressusciter son oncle, exécute une cérémonie profane qui provoque la guerre. En 1917, John Morris (de la famille Belmont) et Eric Lecarde, dont la petite amie est devenue un vampire, doivent empêcher Elizabeth de faire revivre Dracula

qui devra être fait en sept phases longues et variées, et très difficile Heureusement, nous aurons des mots de passe pour nous reposer un peu.

En résumé, c'est un grand jeu de la saga Castlevania. Fortement recommandé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *