Final Fantasy VI

Super Nintendo

Final Fantasy VI est un jeu développé, publié et distribué par Squaresoft pour Super Nintendo en 1994. Il est arrivé aux États-Unis sous le nom de Final Fantasy III, puisque ni la quatrième ni la troisième livraison n'a été commercialisée dans ce pays, et Malheureusement, il n'est jamais venu en Europe. Le jeu a eu une conversion pour Playstation et une autre pour Game Boy Advance. C'est un grand R.P.G. ce qui est sans aucun doute ma tranche préférée de toute la saga dont elle fait partie, même au-dessus de Final Fantasy VII pour Playstation.

Le système de jeu est similaire aux titres précédents. La vue est aérienne sur la carte du monde, des villes et des donjons, où nous avons beaucoup de liberté de mouvement. Nous devrons donc nous consacrer à parler avec les citoyens pour recueillir des informations, aller d'un endroit à l'autre sur la carte du monde ou combattre un puissant monstre dans un donjon. Dans les villes aussi, nous pouvons reprendre des forces dans les auberges ou acheter différents objets dans les magasins, ou simplement remplir une sorte de mission comme enquêter sur un fait ou même participer à une pièce de théâtre. Sur la carte du monde, nous pouvons avancer à pied, dans un moyen de transport comme un avion ou à travers un chocobo, une créature appartenant au monde Final Fantasy qui a l'apparence d'un grand oiseau qui ressemble à un croisement entre un oiseau galliforme et une autruche. Lorsque nous utilisons un moyen de transport ou un chocobo, habituellement personne ne nous attaque, mais à pied il y aura des rencontres aléatoires avec des ennemis. Le système de combat est partagé par la plupart des jeux de la série. Ce sont des batailles à tour de rôle, mais avec la particularité que nous avons une barre qui va progressivement se remplir. Au moment où il est plein, nous pouvons attaquer à nouveau. Selon le niveau de l'ennemi, cette barre prendra plus ou moins à charger. Les options de combat sont d'attaquer, d'utiliser une compétence, une magie ou un esprit élémentaire. Certaines attaques spéciales nécessitent une combinaison spécifique de la traverse et d'un bouton spécifique. Un des détails que j'ai le plus aimé à propos de ce jeu est qu'il n'y a pas de protagoniste spécifique.

Le niveau technique est excellent, la saga est arrivée dans cet épisode à son maximum de splendeur. Les sprites des personnages sont très bien faits et, en plus d'une bonne animation, a une variété d'expressions qui semblent parfaites dans leurs petits visages. Ils soulignent aussi les scènes de combats et la taille énorme de quelques ennemis. Mais encore plus surprenant sont les nombreux scénarios variés, chargés de détails et très bien réglés, avec une excellente utilisation de la palette de couleurs Super Nintendo et de très bons effets, en particulier ceux qui utilisent le mode 7. sa bande-son fantastique, qui comprend des mélodies mythiques et variées, avec une excellente qualité audio et une énorme qualité de composition. Les effets sonores n'atteignent pas le niveau de la musique, mais ils sont convaincants et très bien faits, s'intégrant parfaitement au jeu.

Le gameplay est une valeur sûre en jeu de ce type, et dans ce cas il va encore plus loin. Les caractères répondent très bien aux commandes transmises par le pavé et les menus d'options sont faciles à utiliser et très intuitifs, tant ceux de consultation d'état que de départ sauf les menus de combat. Le jeu est également très long, quelques combats vraiment compliqués et beaucoup de secrets et beaucoup de décisions qui modifieront considérablement la fin du jeu.

Final Fantasy VI commence avec Terra Branford participant à un raid impérial sur Narshe à la recherche d'un Esper congelé récemment mis au jour trouvé dans les mines de la ville. L'esper se débarrasse de ses contrôleurs et le contrôle impérial est brisé, mais il est incapable de se souvenir de rien de son passé. Locke Cole, un voleur, promet de la protéger jusqu'à ce qu'elle puisse retrouver ses souvenirs et l'aide à fuir vers le repaire des Returners, un groupe de militants contre l'Empire et l'empereur Gesthal, qui cherche à dominer le monde avec l'aide de Kefka, un soldat qui, fruit de la première expérience de soldats magiquement investi de pouvoir appelé Gentlemen Magitek, a perdu la santé mentale.

Ils devront finir avec l'empire et avec Kefka, le principal antagoniste du jeu, dans un vaste monde. Pour atteindre l'objectif, nous avons l'aide des éléments obligatoires de la récupération de la vie, la résurrection des héros tombés, la récupération de la magie, les antidotes et d'autres éléments de RPG. Nous pouvons également localiser des espers qui nous accorderont différents pouvoirs et auxquels nous pouvons invoquer pour attaquer les ennemis. Certains de ces espers sont des esprits élémentaires récurrents dans la saga, comme le cas d'Ifrit, l'esprit du jeu, ou Shiva, l'esprit de la glace. Pour mettre en évidence également les points de sauvegarde, qui sont le seul endroit dans le jeu, en dehors de la carte du monde, où nous pouvons enregistrer le jeu. Dans ces endroits et sur la carte du monde, nous pouvons utiliser des tentes, qui remplissent la santé, la vie et la magie de tout le groupe.

Bref, un grand jeu, une épopée glorieuse sous la forme d'un jeu de rôle des plus grands représentants du genre dans Super Nintendo. À mon avis, il se classe deuxième, avec le souffle de feu 2, du catalogue de genre dans Super Nintendo, derrière l'extraordinaire Chrono Trigger. Chef-d'œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *