Deep Fear

Sega Saturn
Deep Fear est un jeu développé par ISCO et publié et distribué par Sega pour Sega Saturn en 1998, atteignant le marché européen en septembre de la même année, étant l'un des derniers titres à atteindre la console. C'est une horreur de survie originale placée dans un sous-marin, donc les sensations de submersion et de claustrophobie sont assurées.

Le jeu prend quelques éléments de Resident Evil, mais contient également ses propres caractéristiques. Comme dans tout jeu de ce style, nous devons aller explorer chaque séjour du sous-marin, déverrouiller des portes et résoudre des énigmes, pendant que nous abattrons les monstres qui sortent à notre rencontre. Comme dans Resident Evil nous devons prendre soin de nos états de santé et de munitions, mais cette fois nous introduisons une variable de plus, qui est que quand on est confiné dans un sous-marin et en raison de certaines circonstances de la base, Au fil du temps, l'une des conditions de survie est que nous devons réhabiliter l'oxygène dans certaines zones pour éviter l'étouffement, ce qui devra être fait dans un temps assez limité. Heureusement, notre héros a un bon nombre de compétences pour être membre du SEAL, et parmi eux, la gestion d'un grand arsenal. De plus, cette fois et contrairement à Resident Evil, le protagoniste est capable de tirer en courant et nous avons aussi un bouton pour viser les cibles.

La section technique est très bonne. Les personnages peuvent ne pas avoir la qualité d'animation de Resident Evil 2, mais en termes de design et de détails de sa physionomie sont aussi bons que ceux du jeu Capcom, et certainement supérieurs à ceux du premier Resident Evil. Mais les meilleurs sont les scénarios 3D, détaillés, variés et très bien réglés, et surtout toute cette atmosphère oppressante et claustrophobe est parfaitement réalisée. Il a une bande-son à assortir et à perfectionner pour le jeu, avec des thèmes inquiétants et mystérieux, tandis que les effets sonores sont magistraux, des grondements des mutants aux sons environnementaux eux-mêmes.

En ce qui concerne le gameplay, il y a cela indique que le protagoniste jouit d'un contrôle très simple, notamment grâce au bouton pour viser et à la possibilité de tirer en courant, ce qui rend les compétences du protagoniste très faciles à réaliser, ce qui aide également à répondre aux commandes du tampon. Il a une extension assez intéressante et une grande difficulté, surtout pour avoir à contrôler constamment les niveaux d'air, ce qui est assez accablant.

L'intrigue du jeu semble un mélange entre les films Leviathan et Abbys, et se déroule à 300 mètres sous l'océan Pacifique dans un centre d'approvisionnement en carburant et de recherche connu sous le nom de Grande Table (SSB-01). Les joueurs assument le rôle de John Major, un ex-SEAL qui a démissionné et a rejoint un groupe de secours civil connu sous le nom de ERS (Emergency Rescue Serivces). L'ERS est l'une des nombreuses sociétés civiles qui, selon l'histoire de Big Table, s'est vu offrir de l'espace dans les installations afin d'aider la Marine dans une grave coupure budgétaire. Un petit OVNI descend de l'espace et atterrit près de la Grande Table. Sea Fox, un sous-marin considérablement petit mais rapide, est envoyé pour recueillir l'objet et faire le plein à Big Table. Peu de temps après le ravitaillement, Sea Fox s'écrase sur une partie de la base connue sous le nom de Marine Area, qui sert de base de combustible et de base d'installation top secret.

Négliger le haut niveau Pour la sécurité de la zone marine, le commandant de la base appelle l'équipe SEAL comme force de sauvetage principale, mais envoie également l'ERS afin qu'un médecin important puisse être sauvé et reconnecter la zone à la base. De là, la présence de mutants hostiles provoque des problèmes à la base tandis que les humains – vivants ou morts – commencent à se transformer en créatures grotesques qui ne bougent que par le désir de tuer.

En résumé, une excellente horreur de survie pour Saturne que, bien qu'il prenne quelques éléments de Resident Evil, il a assez d'éléments nouveaux pour en faire un jeu complètement différent. Chef-d'œuvre .


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *