Mortal Kombat

Super Nintendo

Le Super Nintendo Mortal Kombat a été programmé par Sculptured Software et publié et distribué par Acclaim. Il est arrivé sur le marché européen en octobre 1993 sous la forme d'un jeu de combat très similaire au jeu récréatif en ce qui concerne l'aspect technique, mais qui a malheureusement subi quelques modifications qui le rendent inférieur à celui de la version Mega Drive. La première chose qui retient notre attention est la suppression du sang et de toutes les fins sanglantes, au point que le sang qui germe en donnant un coup a été coloré en gris. Aussi la plupart des fatalités ont été modifiées pour qu'elles ne soient pas si brutales, ne gardant que le Scorpion et le Sonya. Le mot "Fatality" a également été remplacé par "Finishing Move". Pour le reste, sauf dans le gameplay dont je parlerai plus tard et qui est sans doute à mon avis le pire de cette version, le jeu a les mêmes caractéristiques que le loisir et la version Mega Drive, donc on a le même caractères, les mêmes coups et la même structure du tournoi.

La section technique est très bonne, et dépasse de loin celle de la version Mega Drive, elle est donc très proche du niveau de la récréation. Les numérisations des combattants sont très bien faites, avec une utilisation parfaite de la couleur, et avec leurs cadres animés intacts. Les scénarios sont brillants et bien définis, et presque tous les détails de la même chose vu dans le loisir sont présents. Les mélodies sont les mêmes que la version arcade et, bien qu'elles soient logiquement de moins bonne qualité que les originales, elles sonnent aussi très bien, de même que les effets sonores, énergiques et précis, et contiennent presque toutes les voix numérisées de le loisir, contrairement à ce qui se passe avec le jeu de Mega Drive.

Le gameplay est un autre inconvénient majeur de cette prestation. Bien que les mouvements sont effectués de la même manière que dans les loisirs, le contrôle n'est pas aussi précis qu'il le devrait, en plus du mouvement des personnages n'est pas comme le loisir, et obtenir un coup de pied devient dans une tâche du plus compliqué, d'ailleurs que la réponse au pad est quelque chose de lent, ce qui fait que les combats peuvent devenir une épreuve.

Comme le récréatif, nous devrons finir le jeu dans un total de 12 combats, qui sont développés de la manière suivante. Dans les six premiers matches, nous affronterons le reste des combattants et le septième est le Mirror Match, dans lequel nous nous battrons contre notre propre personnage. Les trois prochains sont les Endurances, et dans chaque combat nous affronterons deux combattants. Les deux derniers combats seront contre Goro et Shang Tsung. Sont également présents le personnage caché Reptile et les phases bonus de rupture de matériel.

Bref, un jeu de combat correct dont la censure et sa manipulation difficile font baisser de nombreux entiers, peu importe combien ils ont persisté dans les magazines de le temps de nous montrer le contraire, venant même colorer le sang rouge dans les photographies de leurs articles. Recommandable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *